Didier BRESSAN - Psychopraticien Certifié®, titulaire du Certificat Européen de Psychothérapie (CEP) - Pour me contacter, cliquer ICI

Psychothérapie du couple, pour questionner l’espace de la relation

Peut-on imaginer une vie de couple sans crise ?
Est-ce la fin de la relation quand la crise surgit ?
Est-il possible de recréer du lien quand le couple est en crise, et de développer une nouvelle forme de relation ?
La psychothérapie du couple permet de questionner l’espace de la relation, quand ça commence à être difficile dans le lien.

Bien que le mot « crise » soit utilisé de nos jours pour désigner une période de difficultés, son sens étymologique signifie « faire un choix ». Chaque crise amène une réflexion autour du choix. Et dans le couple, la crise questionne le « qu’est-ce que je fais là ? Est-ce que je choisis de rester ou de partir ? »

Au-delà de son inconfort, la crise possède une dimension positive et fort intéressante dans un travail de psychothérapie, parce qu’elle peut représenter un véritable signe, un lieu ou un moment dans sa vie qui pourrait être utilisé pour évoluer.

À quoi sert une psychothérapie du couple ?

Lorsque deux personnes choisissent de faire une psychothérapie en couple, il est important de consulter à deux pour questionner l'espace de la relation, entendre ce qu'il a à dire, et aussi consulter seul(e) pour explorer, expérimenter, prendre conscience de ses ressources et son espace ombrageux, de ses possibles et ses limittes, de son potientiel d'ajustement...
Il est préférable de faire cela lorsque vous n’êtes pas en situation de conflit, car dans ce cas votre démarche pourrait être inconsciemment une manière de demander au thérapeute de « jouer l’arbitre », d’être un témoin, ou encore de vous « donner son autorisation » pour vous séparer.

Une thérapie en couple est vraiment efficace lorsque les personnes sont en questionnement sur des choix importants, des difficultés de projets d’avenir, des aspirations différentes, des difficultés pour l’un de s’accorder avec l’autre. L’idée est de faire le point sur le mode de fonctionnement du couple, pour comprendre ses mécanismes et éviter de répéter toujours les mêmes schémas.
L’intervention du thérapeute va alors permettre de rétablir la communication, ainsi les partenaires vont pouvoir parler de l’état des lieux de leur relation et exprimer comment ils se sentent au sein du couple. Il n’est pas question de déterminer qui à tort ou à raison, mais plutôt d’arriver à porter un regard lucide sur ce qui s’est dégradé au fur et à mesure du quotidien, de s’écouter, de repérer sa part de responsabilité dans cette dégradation et ce qui peut être ajusté chez soi, d'expérimenter cet ajustement dans le couple, en restant à l'écoute de l’autre, de son ressenti, de son besoin..., de vérifier ainsi l’état du lien dans le couple. Ce faisant, il sera peut-être possible pour les deux partenaires de recréer, de retisser du lien pour réinventer à deux une nouvelle forme de relation.

Du couple à soi, de soi au couple

Le couple extérieur est un espace de projection par excellence et non de protection, l’époque fusionnelle d’avec la mère étant un passé révolu. L’espace que le couple offre va nous permettre de ne plus tourner en rond sur nous-mêmes et va permettre de rejouer certaines situations, des schémas anciens qui nous appartiennent, afin de les conscientiser, de les dépasser, et ainsi de revenir grandi dans une meilleure relation à l'autre.

Le couple nous donne donc l’occasion de mieux voir nos chaines afin de nous en libérer. C’est une chance que de vivre un tel rapprochement de soi dans la rencontre de l’autre. C’est une véritable relation thérapeutique, quand elle est conscientisée. En effet, le couple extérieur va nous éclairer sur notre couple intérieur, notre partie inconsciente masculine ou féminine, que C.G. Jung nomme « animus » (pour la femme) et « anima » (pour l’homme). En effet, l’animus ou l’anima va se projeter sur notre conjoint qui devra obligatoirement répondre à notre idéal masculin ou féminin. Ce faisant, nous sommes renseignés par l’autre de ce que nous portons au plus profond de nous-mêmes, comme le miroir reflète notre image qu’elle nous plaise ou non.

À quel moment s'engager dans une thérapie de couple ?

Dès lors, on comprend bien que lorsque le couple est déséquilibré, la thérapie individuelle d'un seul partenaire ne garantit pas le rétablissement d'une meilleure relation au sein du couple ; de plus, le conjoint qui consulte n’est pas forcément celui qui souffre le plus. Cela peut même être une fuite, et le thérapeute, un objet de rivalité.
Il est donc conseillé de consulter à deux, en couple et individuellement, afin de traiter au préalable 
ses propres difficultés qui viennent interférer dans la relation de couple, puis de s'intéresser à l'espace de la relation, vu comme une cocréation du couple, une entité à part entière qui possède ses propres besoins, et qui nécessite beaucoup d'attention.

Beaucoup de couples consultent quand tout va mal, quand le couple est au bord de la rupture dans la relation. N’attendez pas d’être dans cette situation pour consulter.

Le paradoxe d'une thérapie réussie

Le paradoxe de la thérapie de couple réside en cela : elle peut être réussie et se conclure par une séparation. En revanche, elle échouera à coup sûr si l’un des deux partenaires refuse de jouer le jeu de l’écoute : malgré lui, lorsque ses blessures personnelles sont trop douloureuses ; à cause de lui, s’il n’a pas envie de sauver ce qui peut encore l’être. Là réside la limite principale de l’exercice. Pour réinventer une façon de vivre son couple, pour rendre du souffle à une histoire qui commence à en manquer, il faut toujours être deux.

Durée d'une psychothérapie de couple

Il est fréquent de constater une évolution positive au sein du couple dès les premières séances de travail. La communication peut alors se rétablir rapidement et le couple retrouver un mode de fonctionnement plus harmonieux. Dès lors, il faudra prévoir un temps plus ou moins long selon les personnes, pour permettre au couple de mettre en place de nouveaux liens dans la relation, et de les expérimenter.

4 votes. Moyenne 4.00 sur 5.